Principale production de la région, les céréales occupent une importante superficie cultivée dans la région (62%) et participent à hauteur de 38% à la valeur ajoutée et procurent 41% de la totalité de l’emploi créé, avec plus de 2.197.000 jours de travail/an.
Les cultures maraîchères occupent 13.100 ha principalement autour de Témara-Skhirat et participent pour 23% à la valeur ajoutée et 20% à l’emploi créé. L'utilisation de cultures modernes et des techniques culturales nouvelles a permis d'avoir de bons rendements, surtout avec la pratique des cultures sous serres.

De même que la diversification fruitière, entreprise ces dernières années dans la région, a favorisé l'entrée de l'avocat, de l'ananas, de la banane, de la fraise, des goyaves, des annoniers et d'autres variétés, sans oublier les cultures biologiques ou « bio » qui commencent à faire leur apparition sur les étals.

Pour ce qui est de l’élevage, le cheptel total de la région compte plus de 1.160.000 têtes, dont une majorité d’ovins.
Cette activité a également connu une diversification durant ces dernières années, par une introduction audacieuse de l'élevage d'autruches au niveau de Bouknadel et de l’élevage de gazelles à Skhirat.

La production de la filière animale est dominée par les viandes rouges qui représentent 33% du chiffre d’affaires global et 44% de l’emploi total créé ; les viandes blanches viennent en seconde position, avec 32% du chiffre d’affaires de la filière, la production d’œufs en réalisant 24%.

Déclinaison régionale du Plan Maroc Vert

Le Plan Maroc Vert est une politique de relance de l’agriculture, désormais considérée comme principal moteur de croissance de l’économie nationale pour la décennie à venir, avec :

  • Un objectif économique : développer une agriculture intensive et moderne ;
  • Un objectif social : moderniser la petite agriculture et améliorer les revenus des petits fellahs ;
  • Des outils : agrégation, développement d’infrastructures, formation et assistance technique.
Cette politique est matérialisée par le Plan Agricole Régional pour la région de RSZZ, véritable feuille de route pour le développement agricole de la région, qui a fait l’objet de la signature d’un partenariat entre le gouvernement et la région, le 14 Avril 2009.

D’une manière générale, 5,3 milliards de DH seront injectés dans l’agriculture de la région entre 2009 et 2020, dont 54% iront au développement de la production végétale, 18% à la filière animale et 28% aux actions transverses.

L’Etat prendra en charge 56% de ces investissements, les agriculteurs et agrégateurs supporteront les 44% restants.

Les objectifs globaux escomptés du Plan Agricole Régional portent sur l'augmentation des niveaux de production des différentes filières sus citées, l'amélioration de la qualité et des conditions de commercialisation de la production, l'amélioration des niveaux de valorisation de l'eau d'irrigation, la création de l'emploi et l'amélioration des revenus de la population rurale.
Au total, 97 projets sont programmés comme suit :

  • 64 projets visent l’amélioration de la production de la filière végétale, à travers l’agrégation de la production de blé tendre et d’orge, l’intensification de la production de lentilles, de la vigne, des oléagineux et des olives. Il est également prévu d’étendre la production d’agrumes, de produire du caroube et de l’argan ainsi que des plantes aromatiques et médicinales.
  • 33 projets visent le développement de la filière animale, à travers l’intensification de la production de viandes rouges (essentiellement d’ovins et de bovins) et blanches. Il est prévu également la mise en place de fermes laitières ainsi que l’agrégation de la production du lait. Enfin, le plan mentionne l’intensification de la production de miel grâce à l’installation de 220.000 nouvelles ruches.

La production végétale et animale des deux piliers est accompagnée de projets et actions transverses à hauteur de 1,5 milliard de DH, essentiellement en matière de mobilisation des eaux superficielles pour l’irrigation, mais aussi en matière de conservation des sols, de l’épierrage et amélioration foncière et la création d’une agropole.

Les impacts attendus :

A horizon 2020, les effets attendus sont les suivants :
  • Extension de 11% des terres cultivables ;
  • Augmentation de 147% de la production des céréales ;
  • Intensification de la production des cultures maraîchères de 250% ;
  • Développement de la production de raisins de table sur 2.800 hectares ;
  • Intensification de la production des lentilles sur 6.000 hectares ;
  • Augmentation de 133% de la production laitière ;
  • Accroissement de 90% de la production de viandes rouges ;
  • Multiplication par 2 de la production de miel ;
  • Triplement de la valeur ajoutée du secteur agricole dans son ensemble durant la période, passant de 1.122 millions de dirhams en 2008 à 3.309 millions de dirhams en 2020, soit un accroissement de 195% ;
  • Augmentation du nombre de journées de travail (JT), qui passeront ainsi de 4,8 millions de JT actuellement à 8,9 millions de JT en 2020, soit une croissance de 85% sur la période.

Signalons enfin que, parmi les priorités du Plan Maroc Vert, outre l’augmentation de la productivité de l’ensemble des filières, figure également l’amélioration de la qualité et de la sécurité sanitaire des produits agricoles et agro-alimentaires.

Dans ce cadre, a été créé l’Office national de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) par la loi n°25-08 du 18 Février 2009, publiée au BO n° 5822 du 18 Mars 2010.

Cette loi établit les principes généraux de sécurité sanitaire des produits alimentaires et des aliments pour animaux et détermine les conditions dans lesquelles ces produits doivent être manipulés, traités, transformés, emballés, conditionnés, transportés, entreposés, distribués, exposés à la vente ou exportés pour être qualifiés de produits sûrs.

En savoir plus : voir site web : http://www.ada.gov.ma ; http://www.fisa.org.ma
 
Réalisé par : Marit